• SLASHER

Focus Artiste : Pistol Bronson

Updated: Mar 20



Pistol Bronson est un rappeur originaire du Portugal, de Cova da Moura plus précisément, une favela à proximité du centre de Lisbonne, gangrénée par la violence et le trafic qui y règnent. Cet environnement sombre et hostile semble avoir forgé le tranchant de son écriture brute et introspective, ainsi que sa mentalité, son acharnement et son sang-froid.

Il s'est par la suite installé à Champigny-sur-Marne, dans le 94, où il réside encore actuellement.


Bronson fait partie du Pistol Gang, et il a monté en totale indépendance son propre label intitulé Brecham Musique (nommé comme tel car il a commencé à écrire ses morceaux dans sa chambre), bien que ses projets et morceaux respectifs soient distribués sous le label SquiidApe Records.


Bien qu'il ait commencé à rapper il y a plus de 10 ans, cela fait maintenant un an qu'il s'y est mis sérieusement. Pour l'anecdote, dès son enfance, lorsqu'il était en classe de français, l'artiste s'amusait à prendre la première phrase d'un livre, et à chercher une autre phrase du livre qui rimait avec. En commençant avec cet exercice, Pistol Bronson a par la suite pris goût à l'écriture, et faire de la musique semblait une évidence pour ce dernier, dans la mesure où issu d'une famille de mélomanes, il a toujours baigné dedans depuis le plus jeune âge.


A travers l'écriture, et sa culture musicale riche, Pistol Bronson se passionne rapidement pour le rap, notamment sous l'influence de ses deux frères (qui rappaient aussi), et d'artistes comme Lil Wayne, Eminem, 50 Cent, Chief Keef ou encore Booba pour la scène francophone. L'influence de la scène de Détroit se ressent aussi beaucoup dans sa musique.


Il ne se cloisonne pas à un style unique, mais expérimente beaucoup, que ce soient dans ses flows, son exécution, ou ses productions, qui ne se cantonnent pas à une sonorité bien distincte.


Sur son premier morceau sorti sur les plateformes, intitulé "Sous-Côté" et produit par Kyle!, Pistol Bronson adopte un flow nonchalant tout en étant parfaitement cadencé, et en se mêlant judicieusement à la mélancolie de la production douce et légère, qui contraste bien avec le ton grave de sa voix légèrement éraillée par la codéine. Son texte évoque des thèmes comme l'authenticité, le dépassement de soi, ses ambitions et les difficultés rencontrées par le passé. Très spontané dans son écriture, le rappeur est fluide dans son exécution, et chaque placement semble instinctif chez lui.



Il enchaîne rapidement avec la sortie du freestyle Sheesh I, un morceau froid et introspectif sur une prod aux sonorités rappelant la scène de Détroit.


Le même jour, il envoie les singles Classique et Mec rare, deux morceaux efficaces afin de faire patienter son public avant la sortie de M(uzi)que.


Le 11 septembre 2020, Bronson dévoile son premier projet intitulé M(uzi)que. L’EP démarre dans l’agressivité la plus brute avec le morceau drill ChamRaq, un choix artistique qui paraît évident quand on connaît les influences du rappeur. Bronson y livre un egotrip puissant et imagé, ponctué d’adlibs menaçants, sur une production sombre et oppressante rythmée par des basses frénétiques caractéristiques de la scène drill. C’est mieux quand il pleut contraste immédiatement avec l’intro

a travers son ton nettement plus triste et sa production acoustique, d’un registre se prêtant parfaitement à son texte introspectif mêlant trahison, dégoût et tristesse.


La vaste palette de productions sur le projet permet à Bronson d’exploiter au mieux sa polyvalence, on y retrouve des morceaux sévères (ChamRaq et BroTaliban) et d’autres plus légers et mélodieux (Everyday, Paro, Sheesh II). Bien qu’il y ait toujours des aspects communs entre ses morceaux à travers le texte, chacun se détache distinctement du reste.


Bronson se dévoile davantage sur les 6 titres qui composent cet EP, en évoquant constamment ses ambitions et l’importance des siens, ainsi que la nécessité de s’émanciper de sa situation en faisant de l’argent. Par la même occasion, il martèle l’importance de rester vrai et loyal.


L’artiste s’essaie aussi à la romance avec Everyday et sa production aérienne et envoûtante qui détonne légèrement avec le reste du projet.


En variant de registre sans perdre en impact, et à travers sa facilité à se renouveler, Bronson signe un premier projet fluide et efficace qui épouse sa capacité à s’adapter à toutes ambiances sans perdre pour autant en cohérence.


Il ne perd pas en productivité, et sort dès le mois suivant le single Spécial, avant d’entamer un nouveau chapitre de sa carrière avec l'album Froid et Distant.


Froid et Distant

All I Know introduit l’EP sur des notes sombres et mélancoliques, appuyées par la voix éraillée de notre artiste, évoquant le chemin parcouru depuis l’enfance. Pistol Bronson est de ces artistes sincères pour qui l’authenticité prime, il n’hésite jamais à évoquer sa méchanceté ou les peines qu’il a pu endurer, tout en étant poignant dans son interprétation. Le ton émotionnel de cette intro et son refrain envoûtant dressent immédiatement l’atmosphère teintée d’amertume qui domine le projet. Tout en ponctuant son texte d’egotrip, le rappeur relate des événements vécus avec précision, conférant un ton presque cinématographique au morceau. Il conclue son couplet unique par une phase sur son addiction à la lean. Placée judicieusement après ce récit introspectif, il paraît évident que le breuvage épais et sucré apparaît presque comme une nécessité face aux traumatismes qu’il a pu subir et qui sont évoqués tout au long du track. Cette thématique revient de façon récurrente sur ce projet, et tout semble cohérent tant la boisson semble lui inspirer des flows langoureux pour le moins envoûtants.


« J’bois tellement d’lean, j’ai du mal à faire pipi/quand j’achète du Sprite j’ai besoin de toute l’étagère au Leclerc »


Classic, Pt. 2 s’inscrit dans la continuité de "All I Know" à travers sa production mélodieuse et empreinte de tristesse, appuyée par un riff de guitare des plus mélancoliques. La nonchalance de son flow vient appuyer chaque rime, et nous dresser un panel de ses pensées les plus obscures.


« Un homme avec le ventre vide, c’est grave dangereux/Gagner sans tomber, c’est ça le but du jeu »

La transition avec C’que je suis et son ton mélodieux et triste nous immerge encore davantage dans les pensées de Bronson. L’artiste introduit le track en évoquant le contexte dans lequel s’est enregistré le son, c'est-à-dire avec ses gars après une journée entière à enregistrer des sons. Ayant connaissance de cela, les paroles du rappeur, évoquant son attachement et sa loyauté vis-à-vis des siens, paraissent alors d’autant plus évidentes. Pistol Bronson y évoque également les trahisons qu’il a pu subir, et une fois de plus, le ton mélancolique de la production, agrémentée d’une voix féminine pitchée en fond, se mêle idéalement à son flow plus mélodieux sur le refrain, et précis et affuté sur les couplets.


« J’rap pas pour moi, si j'le fais bah c’est pour les autres »
« De l’amour pour mes armes et pour mes frères, parce qu’ils savent comment j’me sens/j’ai jamais joué perso, n**** moi j’fais vla les centres »

Les désillusions que l’artiste a pu subir en amour sont évoquées par bribes de pensées tout au long de cet album, Bronson semble fatigué de ses relations amoureuses, le sujet qui dicte Jsuis pas un loveur, le morceau qui suit. La production est beaucoup plus légère que les précédentes, l’atmosphère s’éclaircit légèrement le temps de ce morceau lors duquel Bronson évoque avec sincérité un amour passé avec une fille issue d’un milieu aisé.


La production est accompagnée d’adlibs sous autotune qui viennent appuyer la mélancolie et la nostalgie qui ressort de son récit.



Go hard suit la direction introspective empruntée par l’intro, Bronson y relate ses peines avec la spontanéité qu’on lui connaît, tous les événements relatés apparaissent comme des motivations pour « go hard » et travailler avec acharnement.

A savoir que l’artiste travaille non stop sur sa musique, il s’est installé un home studio afin de pouvoir enregistrer autant qu’il le désire, et la multitude de singles sortis l’année dernière n’est que le prémisse de la quantité de sons qu’il prévoit de sortir. Hormis pour les productions, il gère tout à lui seul, aidé par Pistol Kid, et ses choix de beats sont le plus souvent instinctifs.


Bronson semble avoir un rapport presque obsessionnel avec l’argent, la richesse apparaît comme nécessaire pour qu’il s’affranchisse de la situation modeste dans laquelle il a grandi.


« J’ai fais des conneries j’en suis pas fier Maman j’suis désolé/mais tu sais qu’ici pour manger c’est devenu trop compliqué »
« Ils ont peur d’être seul moi j’ai peur d’être pauvre »
« J’veux une femme pure comme la drogue qui se vend ici/Si tu sais pas faire de sous, c’est que t’es un abruti »

Brecham Musique change radicalement de ton, le flow lent et envoûtant de Bronson se marie parfaitement à la production hypnotique aux basses saturées, aux sonorités à mi-chemin entre Houston et Memphis.


Sur le track qui suit, Red Lean, le rappeur rappelle sa polyvalence en adoptant un flow nettement plus énergique que sur la première moitié de l’album, ses fulgurances dans l’écriture sont nombreuses, et l’alchimie avec le flow incisif de Pistol Kid se fait ressentir, dans un registre bien différent de Going Hard.


La production brute et austère de BroTaliban 2.0 dresse une atmosphère froide et hostile, presque macabre, de mise avec les mises en garde de notre artiste vis-à-vis de ses opps, tout en évoquant les pertes survenues autour de lui en leur rendant hommage lors du refrain. Les notes froides jouées au violon appuient le caractère triste de la production, une ambiance similaire au morceau Spécial 2.0.


Diss Track change radicalement d’ambiance sur la forme, on y retrouve une prod nettement plus énergique, mais sur le fond Bronson continue d’être froid et incisif envers ses opps, tout en ponctuant le morceau d’un « Lame ass n**** ! ».



« Les n**** font les fous jusqu’à qu’ils finissent sur un t-shirt/T’as 23 ans et t’arraches des sappes, putain Gazo tu m’écœures »

Le rappeur arrive sur la prod sûr de lui et prouve sa versatilité et sa technique à travers ses placements et ses changements de flows, tout en continuant d’insister sur l’importance qu’il attache à l’authenticité.


« Arrêtez d’faire d’la Trap Music si vous êtes pas des vrais trappers/Arrêtez d’faire d’la Drill Music si vous êtes pas des vrais drillers »

Chamraq, Pt. 2, conclue le projet sur une production drill, bien que toujours empreinte de mélancolie, à laquelle se couple des voix mélodieuses en fond. Le flow plus mélodieux de Pistol Kid sur le refrain crée une ambiance pour le moins envoûtante, cimentant encore un peu plus l’alchimie existant entre les deux artistes, pour qui chaque collaboration demeure une évidence.



En somme, Pistol Bronson démontre sur ce projet l’étendue de sa palette artistique, allant des ambiances mélancoliques aux atmosphères plus légères, des flows chantés aux flows plus agressifs, l’artiste semble à son aise et empli de confiance quelque soit le registre, et embrasse les influences musicales nombreuses dans lesquels il a été bercé. Sa sincérité crée une proximité immédiate avec l’auditeur, et ses egotrips affûtés s'appuient sur des phases très visuelles qui confèrent un certain impact à son écriture.


Bronson a depuis sorti de multiples singles, dont le dernier en date, Pass Pass, vient réaffirmer l'alchimie avec Pistol Kid. Une bonne mise en bouche avant de pouvoir écouter leur mixtape commune Pistol Gang : The Mixtape qui doit sortir très prochainement.



On espère vivement que ce projet lui fera passer un palier en terme de visibilité comme de succès critique. Le format mixtape devrait s'avérer judicieux pour que les deux membres du Pistol Gang y exploitent l'étendue de leurs talents sans nécessairement chercher une cohérence d'ensemble.


L’artiste a aussi prévu de sortir un freestyle sur Refugee de Lil Durk.


Afin de rester à l'affût concernant toutes ses prochaines sorties, suivez Pistol Bronson sur ses réseaux, en particulier sur Instagram où il peut dévoiler des snippet lors de ses lives.


https://www.instagram.com/pistol_bronson/


214 views0 comments

Recent Posts

See All